Bonjour et bienvenue sur www.herbea.org. Pour mieux vous connaître et améliorer votre navigation dans nos pages, et à des fins de suivi de fréquentation, nous utilisons des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre politique de cookies.

Mouche méditerranéenne des fruits Ceratitis capitata

Zone biogéographique d'intérêt

Ecologie

Description


Ceratitis capitata, plus communément appelée mouche méditerranéenne des fruits, est une petite mouche de 4 à 5 mm.



Adulte: caractérisé par un thorax noir à pruinosités dessinant des bandes argentées ou grises.1



Oeufs: Blanchâtre, 1mm x 0,2mm. très allongés, fusiformes légèrement arqués.



Larve: Asticot blanchâtre effilé à l'avant avec des crochets buccaux noirs, tronqués à l'arrière, sans pattes.



Pupe: en forme de tonnelet brun foncé lisse. 4-5mm de long.



En France les vergers méridionaux sont les plus fréquemment atteints.2

Cycle Biologique


HIVER: Hivernation sous forme de pupe dans le sol entre 1cm et 8cm de profondeur. Ne supporte pas les températures inférieurs à 2°C pendant 8 jours conséquitifs, ainsi qu'une trop grande humidité. Seuil de développement: 14°C.



PRINTEMPS: Apparition des adultes vers mi mai. Maturité sexuelle atteinte en quelques jours.



ETE: Les mouches déposent leurs œufs sous l’épiderme des fruits avec leur ovipositeur environ 3 à 5 semaines après leur maturité. Après avoir éclos, les larves se nourriront de la chair du fruit. Les fruits ne tardent pas à chuter, les larves quittent le fruit tombé à terre et s’enfouissent dans le sol où elles se transforment en pupe. 10 à 15 jours après la nymphose, de nouveaux adultes apparaissent.



Dans le midi le cycle complet est de 20 jours à 26°C.2



 

Conditions d'activités optimales


Les attaques sont beaucoup plus importantes en saison chaude et humide, de janvier à mars (à la Réunion).3

Facteurs pédoclimatiques favorisant

Ceratitis capitata préfère les milieux secs et chauds. On la retrouve dans les vergers situés entre 0 et 600 m d'altitude.




Références

1 Compétition interspécifique et capacité invasives. Le cas des Tephritidae de l’île de la Réunion. Thèse de Doctorat, Université de la Réunion. 158 pp., Duyck P-F, 2005., https://tel.archives-ouvertes.fr/[...]
2 Protection intégrée des fruits a noyau. CTIFL. 272p., Lichou J., et al., 2001
3 Initiation à la protection agroécologique du manguier à La Réunion. Retour d’expérience. Projet BIOPHYTO 2012-2014. Chambre d’agriculture de La Réunion, Saint-Denis, 56 pp., Vincenot D, Deguine J.P, Gloanec C, Dijoux A & Graindorge R, 2015., https://agritrop.cirad.fr/[...]



Galerie

Partagez vos expériences !

L'univers Solagro