Bonjour et bienvenue sur www.herbea.org. Pour mieux vous connaître et améliorer votre navigation dans nos pages, et à des fins de suivi de fréquentation, nous utilisons des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre politique de cookies.

Coccinelle à 7 points Coccinella septempunctata

Zone biogéographique d'intérêt

Ecologie

Description


L'adulte mesure 5 à 8 mm. Son corps est noir avec des élytres rouges avec six taches noires plus ou moins larges dessus et une tache scutellaire noire et blanche, en cœur inversé, à la base du thorax. La larve est grise avec des tâches jaunes et noires.1 Le choix du lieu de ponte des coccinelles est plus aléatoire que pour les syrphes et n'est donc pas forcément en lien avec la présence de colonies de pucerons. Les adultes comme les larves sont consommatrices de pucerons. Une larve de cette coccinelle peut se nourrir de 600 pucerons, et un individu peut consommer jusqu'à 3000 pucerons.

Cycle Biologique


Une génération par an

HIVER : Pendant la saison froide, les coccinelles se mettent en diapause, et trouvent refuge sous les pierres, sous l'écorce des arbres, dans les vieilles souches, dans la mousse, ou encore sous les feuilles de fleurs fanées comme les coquelicots, etc.

PRINTEMPS : Au début du printemps, les coccinelles sont présentes dans les jachères florales et les haies en abondance équivalente. Ensuite, après une hivernation, la coccinelle à 7 points s'active en fin d'hiver et pond en avril/mai une grande quantité d’œufs jaunes (500 à 1000) répartis dans des colonies de pucerons. Les larves, fuselées, de couleur bleu gris, métallique, ont un appétit extraordinaire, et peuvent dévorer jusqu'à neuf mille pucerons durant les trois semaines de leur développement.



ETE : En juin, la plupart des coccinelles migrent vers les jachères d'où elles vont coloniser les cultures. Lorsque les températures sont trop élevées durant les mois d'été (juillet-août), elle peut sortir des cultures et entrer en phase d'estivation dans les habitats semi-naturel.



AUTOMNE : elles retournent dans les infrastructures agroécologiques pour hiverner, avec une préférence pour la strate herbacée. 2

Conditions d'activités optimales

Températures moyennes




Références

1 https://inpn.mnhn.fr/[...]
2 La lutte biologique par conservation et gestion des habitats. Mémoire de fin d’études d’ingénieur ENSAT. 51 p. + annexes, Pezet J, 2006.



Galerie

Partagez vos expériences !

L'univers Solagro