Bonjour et bienvenue sur www.herbea.org. Pour mieux vous connaître et améliorer votre navigation dans nos pages, et à des fins de suivi de fréquentation, nous utilisons des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre politique de cookies.

La Bioferme de la Burce

Contexte paysager et physique :

La ferme de la Burce se situe en limite des coteaux de Gascogne et des vallées de la Garonne, dans un paysage naturel assez vallonné qui a séduit Cécile et Thomas avant de s’installer. Il comprend de nombreuses haies, des bois, et des prairies morcelées. Cécile et Thomas ont pour voisins un éleveur qui ne possède que des prairies, et un agriculteur en grandes cultures qui conduit ses parcelles en agriculture biologique. Une partie de l’exploitation se trouve sur les coteaux argilo-calcaires, partiellement boisés car non exploitables, et l’autre partie en contrebas est longée par un cours d’eau et se trouve par endroit dans une zone inondable.

Leur position au nord de la vallée et un peu à l’ombre des coteaux en fait une zone qui se réchauffe lentement au printemps.

 

Système Environnement

Maraîchage et arboriculture, en AB
15 ha au total dont :

  • 1,5 ha de vergers
  • 2,5 ha de cultures légumières en plein champ
  • 1000 m2 de cultures légumières sous serres
  • 1000 m2 de cultures légumières intensives

 

  • Majorité des productions commercialisée en vente directe :
    • AMAPs (60% du CA en 2013)1),
    • marché de plein vent à Aurignac2,
    • à la ferme
    • et ils fournissent aussi la Biocoop de Saint Gaudens
  • 9,5 ha de prairies naturelles
  • Des haies entourent la plupart des parcelles: 500 ml de haies ont été plantées avec l'aide du CG31 en 2006, 2007 et 2009.

Parcelle maraîchère et son réseau de haies (Bioferme de la Burce).  Le Rallic-Maho O, Solagro.

 

Historique et présentation :

Cécile et Thomas ont tous les deux suivi une formation agricole, puis Thomas a travaillé d’abord dans une exploitation où il appliquait les traitements, et ensuite 2 ans dans l’enseignement agricole, comme Cécile. Thomas s’installe en 2002, rachète 8 ha comprenant les vergers qui sont en agriculture biologique depuis 1986, et 4 ha qu’il convertit. Cécile le rejoint en 2008 et ils agrandissent la ferme de 2,5 ha en 2009, tout en développant le maraîchage, les vergers devenant une culture annexe.

Ne connaissant pas très bien l’agriculture biologique avant leur installation, ils ont quand même fait le choix dès le début de conduire leur ferme en utilisant le moins d’intrants possible, et en visant l’autonomie en limitant au maximum les achats extérieurs. L’expérience professionnelle passée de Thomas comme applicateur de produits phytosanitaires et ses échanges avec une collègue maraîchère biologique pendant ses années d’enseignement sont l’occasion pour lui d’affirmer ses convictions, et son envie de travailler avec et non pas contre la nature, pour ne pas « s’empoisonner, empoisonner l’environnement ni empoisonner les clients ».

 

En résumé…

Leur stratégie principale en lutte biologique par conservation et gestion des habitats est de multiplier les habitats semi-naturels et de briser la continuité du parcellaire. Ainsi, avec l’aide du Conseil Départemental, ils décident de planter de nouvelles haies en plus de celles déjà présentes sur leur ferme. Après 15 ans d’installation, ce sont donc 900 ml de haies multi-strates et multi-espèces qui ont été implantées, dans le but de recréer une mosaïque d’habitats (pour en savoir plus Implantation de haies multi-strates et multi-espèces).  Pour Cécile et Thomas, il est important de travailler conjointement avec le contexte naturel : leurs vergers enherbés (pour en savoir plus Enherbement intégral des vergers) et leurs cultures légumières sont aménagés de sorte à répondre aux problématiques physiques de relief et d’inondation voire même d’en tirer des avantages (pour en savoir plus -> aménagement des parcelles). Afin d’améliorer le fonctionnement du sol, Cécile et Thomas Faure mettent en place des engrais verts depuis 2002, qui peuvent à l’occasion se montrer attractifs pour les auxiliaires (pour en savoir plus Engrais verts). Ils ne travaillent pas avec des variétés hybrides et choisissent des variétés de pommiers anciennes et locales, et exclusivement des variétés population pour les légumes. (pour en savoir plus Choix variétal)

 




Références

1 L'EARL Bioferme de la Burce, ferme témoin du réseau FRAB., Erables 31 & FRAB Midi-Pyrénées, 2013., http://www.biomidipyrenees.org/[...]
2 L'EARL Bioferme de la Burce, ferme témoin du réseau FRAB., Erables 31 & FRAB Midi-Pyrénées, 2013., http://www.biomidipyrenees.org/[...]

Partagez vos expériences !