Bonjour et bienvenue sur www.herbea.org. Pour mieux vous connaître et améliorer votre navigation dans nos pages, et à des fins de suivi de fréquentation, nous utilisons des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre politique de cookies.

Projets actuels et passés sur la biodiversité

Actuellement, différents projets européens et nationaux traitent de la biodiversité fonctionnelle, de l'importance des infrastructures agroécologiques et des services rendus aux cultures :

 

  • BATVITI Pour accompagner les viticulteurs et leur permettre de trouver des alternatives à l'emploi de produits phytosanitaires, les Chambres d'agriculture de Dordogne et Lot-et Garonne se sont engagées en 2017 dans un programme d'une durée de 5 ans intitulé BAT VITI pour les chauves-souris au service des démarches de biocontrôle en viticulture, avec deux objectifs :
    • identifier les facteurs (composition et qualité du paysage, ressources en proies, ...) jouant sur la fréquentation des vignes par les chauves-souris et les promouvoir tout d‘abord dans deux aires d’appellation d'Aquitaine et dans tout vignoble le souhaitant
    • favoriser et évaluer la prédation des chauves-souris sur l'Eudémis en viticulture

Ce projet CasDAR multi-partenarial (Cave de Monbazillac, le Conservatoire d'Espaces Naturels d'Aquitaine et les élèves du collège Lucien Sigala) a pour but d'approfondir les connaissances scientifiques sur le rôle des chiroptères en tant qu’auxiliaires de culture pour la vigne et de sensibiliser les jeunes collégiens de Duras à la biodiversité fonctionnelle locale et participer à la vulgarisation de ce petit mammifère trop souvent diabolisé. Ils ont entre autres participé à la réalisation des gîtes à chauves-souris.

 

 

 

Les partenaires français sont l'INRA (Sophia Agrobiotech, Avignon et Bordeaux), l'INRA-transfert et l'ACTA (avec le CTIFL et l'IFV) ainsi que Carrefour France.
 

  • QuESSA : Quantification of Ecological Services for Sustainable Agriculture (FP7 project). Projet démarré en 2013 et qui s'est terminé en janvier 2017. La conférence finale a eu lieu à Rome au siège de la FAO avec un certain nombre de ses membres. Il vise à quantifier les services écologiques rendus par les habitats semi-naturels.

SOLAGRO est leader du WP5 sur la diffusion et le transfert des résultats et a en charge l'animation de la commission consultative des parties prenantes qui regroupent 12 experts d'ONG sur la protection de la nature et de l'environnement, d'organisations d'agriculteurs, d'administrations territoriales et nationales, de compagnie privée et d'institutions européennes et internationales.

  • LIBERATION : LInking farmland Biodiversity to Ecological seRvices for effective ecological intensification (FP7 project)

  • PEERLESS : Predictive Ecological Engineering for Landscape Ecosystem Services and Sustainability (projet ANR)
  • Gargamel : Gestion agroécologique des ravageurs de grandes cultures par l'implantation de mélanges floraux en bord de champ
  • BioBio : Indicateurs de biodiversité dans les systèmes d'agriculture biologique et à bas niveaux d'intrants.

SOLAGRO est leader du WP7 sur l'animation de la commission consultative des parties prenantes qui regroupent 20 experts d'ONG sur la protection de la nature et de l'environnement, d'organisations d'agriculteurs, d'administrations territoriales et nationales, de compagnie privée et d'institutions européennes et internationales.

 

 

Différents projets CASDAR contribuent également à réunir acteurs du terrain et chercheurs autour de la problématique de la régulation naturelle des ravageurs:

  • MUSCARI : Mélanges botaniques Utiles pour les Systèmes de Culture et les Auxiliaires pour une Réduction des Intrants. Une plaquette est à votre disposition ici ainsi qu'un wiki pour communiquer sur ce projet.

SOLAGRO est partenaire du projet et participe aux tâches (1) d'évaluation de l'attractivité des mélanges fleuries, implantés chez un agriculteur du Lauragais à proximité d'une parcelle de blé tendre d'hiver, et de leur efficacité sur la régulation naturelle des pucerons des céréales et (2) de capitalisation et partage des résultats au travers notamment d'Herbea, dans lequel on pourra retrouver les fiches techniques créées pour accompagner le conseil dans l'implantation des mélanges proposés.

 

  • AGATH : Gestion agro-écologique du puceron Aphis gossypii et du thrips Thrips tabaci en culture de melon ou de poireau.
  • Biophyto : Production durable de mangues sans insecticides. Ce projet affiche des objectifs scientifiques (acquisition de connaissances et mise au point de modalités de gestion) et économiques (amélioration de la compétitivité de la filière et ouverture à de nouveaux modes de valorisation). Il intègre aussi, dès son origine, des objectifs sociaux (transfert auprès des agriculteurs) et environnementaux (fonctionnement durable des agroécosystèmes). Ces objectifs s'appliquent à différentes situations ou approches agricoles, en particulier celle de l'Agriculture Biologique. Le projet BIOPHYTO est un exemple appliqué de protection agroécologique des cultures.

  • AUXIMORE : Optimiser le contrôle biologique des bioagresseurs en systèmes de grandes cultures : connaissances, outils de suivi et de conseils à destination des agriculteurs et de leurs conseillers.

  • Messicoles : Conservation des plantes messicoles dans les parcelles cultivées.
  • Gamour : Gestion Agroécologique des Mouches des légumes à La Réunion. Les partenaires associés dans ce programme préconisent une protection agroécologique contre ces mouches. Dans ce type de protection, les pratiques agricoles sont préventives et non plus curatives. Il s'agit de restaurer les mécanismes naturels régulant les équilibres bioécologiques dans l'agroécosystème. L'emploi de pesticides est donc limité au maximum. Afin d'améliorer leur efficacité, ces techniques sont appliquées à de grandes échelles de temps (des mois, des années...) et d'espace (une zone de production, un bassin versant...). Le respect de l'environnement est le principe central de ce programme : GAMOUR s'applique donc aussi bien à l'agriculture "conventionnelle" qu'à l'agriculture biologique. GAMOUR s'est inspiré d'un programme similaire mené à Hawaii depuis 1999. Les excellents résultats obtenus sur cette autre île sœur nous prouvent que l'exemple peut être transféré à La Réunion. Chouchous, courgettes, concombres, citrouilles et autres cucurbitacées subissent toute l’année des attaques de mouches des légumes, ennemis n°1 pour les producteurs maraîchers réunionnais. Désormais, ces derniers disposent d’une solution technique autre que l’application d’insecticide sur leur culture. Il s’agit d’un paquet technique, proposé par le projet Gamour (Gestion Agroécologique des MOUches à La Réunion), nommé SP5 : S pour Surveillance, P1 pour Prophylaxie, P2 pour Plantes-pièges, P3 pour Piégeage, P4 pour Prédateurs et parasitoïdes, P5 pour Pratiques agroécologiques.

  • Entomophages : Les entomophages en grandes cultures : diversité, services rendus et potentialités des habitats.

Partagez vos expériences !