Bonjour et bienvenue sur www.herbea.org. Pour mieux vous connaître et améliorer votre navigation dans nos pages, et à des fins de suivi de fréquentation, nous utilisons des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre politique de cookies.

Chouette effraie des clochers Tyto alba

Zone biogéographique d'intérêt
Description ou Dame blanche
Ce rapace nocturne est de taille moyenne au corps élancé (35 cm), avec de longues pattes et des ailes larges et longues. Son plumage est clair, jaune roussâtre avec des plumes marbrées de gris et de brun, ponctuées de tâches blanches à bout noir en forme de gouttelettes. Sa tête est grosse et présente un disque facial blanc argenté cerné de brun en forme de cœur. Son bec est blanc-jaune; ses doigts sont gris-jaunes. La longueur totale du corps est d’environ 35 cm. Son poids est de 290 à 340 g (315 g de moyenne) chez le mâle et de 310 à 370 g (340 g) chez la femelle. Il n’y a aucune ressemblance avec les autres rapaces nocturnes de taille identique qui sont nettement plus foncés et qui portent des masques faciaux de forme et de coloration différentes.1
Elle présente une envergure de 90 à 98 cm, et la densité est de 0,04 à 0,1-0,5 couple/km2.2
Cycle Biologique La maturité sexuelle de ce rapace est atteinte au bout de 1 à 2 ans. L'espèce est monogame et le couple s'installe sur son site de nidification en février-mars. La première ponte s'effectue de mars à juin (avec un pic en avril), et la seconde entre juin et août. Le volume de la ponte est très variable. Il atteint 2 à 14 œufs (6 en moyenne) dans une étude menée en Bourgogne 3. L'incubation des œufs dure environ 32 jours 4. À l'âge de 8 semaines, les jeunes prennent leur envol et deviendront complètement autonomes un mois après. La mue complète de l'adulte intervient entre mai et novembre. La première mue des ailes et de la queue dure trois ans chez les jeunes après leur première année de vie et par la suite, elle s’effectue sur un cycle de deux ans 5. L'espérance de vie dépasse rarement les 10 ans.

Le régime alimentaire de l'Effraie a fait l'objet de nombreuses études par l'analyse des pelotes de réjection, moins souvent par des suivis photographiques. Même si l'espèce s'avère très opportuniste, les campagnols, les muridés et les musaraignes composent l'essentiel de son menu (jusqu'à plus de 95 %). En France, les campagnols peuvent représenter 50 à 80 % du régime alimentaire, sauf en région méditerranéenne où les muridés (mulots et souris grise) constituent 50 à 90 % des proies consommées.1
Conditions d'activités optimales Les vagues de froid accompagnées de fortes couvertures neigeuses sont dramatiques pour la chouette effraie, peu résistante, qui disparaît alors de régions entières. La sensibilité de l'effraie aux conditions climatiques limite d'ailleurs sa distribution en dessous d'une altitude de 900-1000 m.2
Facteurs pédoclimatiques favorisant L'Effraie habite généralement des milieux ouverts et bocagers situés à proximité des constructions humaines. Les territoires de chasse préférentiels comportent une forte proportion de prairies naturelles, de lisières de champs, de haies ou bois ainsi que des friches, jachères et vergers. Les marais intérieurs ou littoraux, ainsi que les zones de grandes cultures sont également fréquentés. En revanche, les grands massifs forestiers sont rarement occupés. Les sites de nidification et de remises diurnes se situent le plus souvent au voisinage immédiat de l'homme dans les hameaux, les villages et jusqu'au cœur des villes, moins fréquemment dans des falaises ou des massifs boisés.1
Régule Afficher ses 1 agents biologiques régulés par cette espèce.
Pratiques Agricoles Afficher les 1 pratiques agricoles ayant un impact sur cette espèce.
Effet du contexte paysager Afficher les 2 contextes paysagers ayant un effet sur cette espèce.



Références

1 http://rapaces.lpo.fr/[...]
2 Biodiversité et régulation des ravageurs en arboriculture fruitière. Edition Duong-Minh Nguyen, Ctifl., Ricard J-M, Garcin A, Jay M & Mandrin J-F, 2012.
3 La reproduction de la Chouette effraie (Tyto alba). Le Jean-le-Blanc 25: 1-125., Baudvin H, 1986.
4 Muller, op. cit., http://rapaces.lpo.fr/[...]
5 Les Rapaces diurnes et nocturnes d’Europe. 7e Edition. Delachaux et Niestlé S.A., Lausanne. 446 p., Geroudet P, 2000.

Partagez vos expériences !