Bonjour et bienvenue sur www.herbea.org. Pour mieux vous connaître et améliorer votre navigation dans nos pages, et à des fins de suivi de fréquentation, nous utilisons des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre politique de cookies.

luzerne porte-graine medicago sativa

Zone biogéographique d'intérêt
Description La luzerne fait son apparition dans les cultures il y a plus de 9000 ans dans les régions comprise entre l'Euphrate et la mer Caspienne avant de se répandre en Europe centrale, en Sibérie et en Chine.
Medicago sativa est une légumineuse pérenne.
- Plante de 30-80 cm, glabrescente, à souche grosse, ligneuse, très profonde
- tiges dressées ou ascendantes, très rameuses
- folioles obovales ou oblongues, dentées au sommet
- stipules longuement acuminées, dentées à la base
- fleurs violacées ou bleuâtres, grandes, nombreuses, en grappes oblongues
- pédoncules plus longs que la feuille
- pédicelles plus courts que le tube du calice et que les bractées
- gousse glabre ou pubescente., dressée, non épineuse, courbée en spirale, ouverte au centre, à 2-3 tours de spire, à plusieurs graines ovales. 1


La luzerne est l'espèce fourragère la plus multipliée en France, majoritairement en zone Centre Ouest, Sud-Ouest et Sud Est.
Les surfaces cultivées varient entre 12000 à 15000 ha.
Près de 60 variétés de luzerne sont inscrites au catalogue français et près de 400 au catalogue européen qui se répartissent entre le type Flamand (majoritaire) et le type Provence ou Méditerranéen, dont l’indice de dormance est très faible.

Le niveau moyen de rendement est de 4 à 8 q/ha. Certaines cultures peuvent atteindre plus de 10 q/ha. Les variétés de type Provence sont moins productives et ont un repos végétatif presque inexistant.


Intérêts de l’espèce :
C'est une excellente plante en tête de rotation de par sa restitution d'azote (estimée à 60 U/ha pour la culture suivante)
Son système racinaire à pivot fait de Medicago sativa une plante très peu gourmande en eau, de plus elle est bénéfique pour la structure du sol.
Par son cycle pluriannuel (installée pour 2 ou 3 ans en général), elle génère un gain de temps et d’énergie (travail du sol, matériel, carburant).
Les précoupes peuvent éventuellement être valorisée en fourrage, en prenant garde tout de même à ne pas les réaliser trop tardivement au détriment de la production de semence.2
Biologie Cycle biologique :
- Début de cycle : Après l'apparition des cotylédons, la première feuille qui se développe est ronde, puis les suivantes sont trifoliolées.
- Développement : Les bourgeons axillaires situés à la base des tiges et à l’aisselle des feuilles permettent d’assurer le développement végétatif ou la repousse après une précoupe. Chaque pied émet progressivement plusieurs tiges.
- Fructification : la date de début bourgeonnement dépend de la température et de la conduite culturale (avec ou sans précoupe). La floraison s’étale sur 4 à 6 semaines avec un chevauchement des différentes phases croissance végétative, mise à fleur, nouaison et maturation des gousses.
- Maturité : la maturation des graines nécessitent 1100 degrés-jours après la pollinisation soit environ 55 jours.
- La récolte a lieu de fin août à septembre.

Exigences sur la semence :
Faculté germinative : 80% minimum
Pureté spécifique : 98% minimum
Teneur maximale en semences d’autres plantes : mélilot (0,3%), rumex (10 graines maxi/25000 graines), cuscute (0 graine)

Exigences vis-à-vis du sol :
Sol non acide (ph>6,5)
Les sols argilo-calcaires sur sous-sol fissuré conviennent particulièrement bien.

Exigences vis-à-vis du climat:
La température idéale pendant la croissance végétative est de 24°C.
La mise à fleur nécessite une longueur de jour de 12 h minimum.
Elle craint tout particulièrement l’excès d’eau prolongé en hiver et en reprise de végétation, pénalisant pour son système racinaire et ses nodosités.
En période de bourgeonnement et de floraison, l’excès d’eau favorise le développement végétatif au détriment de la fructification.
Des épisodes pluvieux pendant la floraison provoque l’avortement des fleurs, la verse, et perturbe les pollinisateurs.
Un manque d’eau peut limiter la floraison (surtout avec des précoupes tardives), provoquer des avortements de fleurs et de gousses.
A maturité, la luzerne est sensible au phénomène de germination sur pied en situation climatique humide prolongée.2



Références

1 http://www.tela-botanica.org/[...]
2 La luzerne porte-graine, FNAMS, 2016., http://www.fnams.fr/[...]
Lien flore sauvage et culture

Partagez vos expériences !